13Cieux, manifestez votre joie !
Terre, pousse des cris de joie !
Montagnes, lancez des acclamations !
Car le Seigneur réconforte son peuple,
il montre son amour aux humiliés.
Moi, je ne t’oublie pas
14Jérusalem disait :
« Le Seigneur m’a abandonnée,
mon maître m’a oubliée. »
15Mais le Seigneur répond :
Une femme oublie-t-elle le nourrisson qu’elle allaite ?
Cesse-t-elle d’aimer l’enfant qu’elle a porté ?
À supposer même qu’elle l’oublie,
moi, je ne t’oublie pas :
16j’ai ton nom gravé
sur les paumes de mes mains,
et l’image de tes murailles
ne quitte pas mes yeux.

Le prophète appelle à la louange de toute la Création, une louange qui jaillit de la certitude d’être aimé et porté par ce Dieu qui n’oublie aucun de ses enfants !
Ainsi, à la plainte  et au doute de son peuple (Jérusalem personnifiée, entonne la plainte de ses habitants ), le Seigneur répond en renouvelant la promesse de sa fidélité et de son affection sans limite.
Ici, pour une fois, c’est le symbolisme de la femme et de son nourrisson qui sert d’image pour décrire l’action de Dieu.

Ceux d’entre nous qui ont la joie d’être parents, mère ou père, le savent bien :
L’enfant occupe le cœur et les pensées de ses parents. Il est ce bijou porté en soi, quelque soit le temps qui passe et les événements de la vie. Ceux qui sont nés  père et mère le sont à vie ! Ainsi, il est aussi absurde de croire qu’un parent- père ou mère- puisse oublier son enfant que d’imaginer que Dieu puisse se désintéresser de ses enfants.
La promesse de Dieu se prolonge  indéfiniment  et sans restriction:
« J’ai ton nom gravé sur la paume de mes mains et l’image de tes murailles ne quitte pas mes yeux. »
Les mains, symboles de l’action,  les yeux, symbole de la sollicitude et de la rencontre ; car tout passe souvent par un geste et par le regard.
L’action  de Dieu se déploie en notre faveur, et son regard nous suit- juste pour veiller sur nous. Il se fait appel à la rencontre.

En ce temps où l’action devient essentielle (le partage, la solidarité)  et la sollicitude des uns envers les autres si importante, puissions-nous nous inspirer de ces images de tendresse et d’affection pour les vivre, chacun-e à notre manière, dans nos contacts et nos relations.

Prions
Une main de tendresse, qui berce et qui rassure
Un pas solide, qui nous guide et qui nous inspire
Un regard d’amitié, qui réchauffe et qui relève,
C’est ainsi , Seigneur, que  nous désirons avancer à ta suite.
En ce temps de presque Pentecôte, accorde-nous l’énergie et l’imagination,
Afin que nous soyons, à ton image, des témoins de ton règne,
des compagnons de ta Vie
AMEN